Scroll to top

Les chantiers de construction passent au numérique

Un constat assez inquiétant a réveillé le secteur du BTP ; alors qu’un grand nombre de secteurs voit leur productivité augmenter, dans la construction nous voyons le phénomène inverse. Le passage tardif au numérique expliquerait cela.

 

Paradoxe : un plan papier coûte plus cher qu’une tablette numérique

 

Le secteur du bâtiment a encore quelques wagons de retard quant à sa transition numérique. Bien que les travaux de modélisation et de réalisation de maquettes s’aident déjà beaucoup de la technologie numérique, sur les chantiers elle est quasiment absente. Sur le terrain, le traditionnel papier domine donc toujours et ne semble pas vouloir céder sa souveraineté. Selon Finalcad, une entreprise française d’édition de logiciels pour le BTP, « Les processus papier gaspillent de l’énergie et du temps », une perte estimée à trois heures par jour. Et comme disent les américains « le temps c’est de l’argent » ; sur le long terme, le support papier coûte donc plus cher qu’une tablette.

 

Baisse de la productivité et de la rentabilité

 

Depuis quelques années, les entreprises de construction ont vu leur rentabilité baisser. Il semble donc y avoir un lien entre l’utilisation de processus de production très peu numérisés ou tout simplement non numérisés et la baisse de productivité. Pourquoi ? L’augmentation de la complexité du design des édifices rend la réalisation plus complexe. Bien entendu, le retard en termes de numérisation n’est pas le seul facteur mais cette variable paraît déterminante pour ce qui est du travail sur le terrain par exemple. Les pratiques sur les chantiers manquent donc de modernité, une modernité en adéquation avec l’évolution des créations architecturales.

 

La technologie au service de l’efficacité

 

Le constat paraît assez évident : les méthodes de construction ne sont pas synchronisées aux nouvelles formes d’architecture, bien plus complexes qu’il y a 50 ans. Or nous continuons de bâtir comme il y a un demi-siècle. C’est pour faire face à cette complexité de l’architecture contemporaine que certaines entreprises comme Finalcad ont décidé d’apporter une solution : la numérisation. Le but est d’accroître l’efficacité. D’abord avec une collecte de données en temps réel qui permet un suivi plus efficace du chantier ; permettant en même temps une vérification de la conformité des lieux au plan d’origine. Et grâce aux mêmes informations collectées, des logiciels peuvent opérer des prédictions d’éventuels risques. Le secret donc : s’aider d’outils numériques afin de simplifier le travail de terrain.

Chez Technibat, nous intégrons toutes les techniques en lien avec les dernières innovations pour une performance assurée. Il s’agit bien sûr d’améliorer nos processus de construction mais également de faire profiter à nos clients ce gain de temps et de ressources.

Related posts

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *